sam. 02 oct. | Forest

« C’est pour ton bien, coco » • « c’est la fin des haricots »

« C’est pour ton bien, coco » • « c’est la fin des haricots »

Heure et lieu

02 oct., 17:00 – 18:00
Forest, Rue des Glands 74, 1190 Forest, Belgique

À propos de l'événement

Natacha Nicora la performeuse. Elle aime raconter des histoires,  extravagantes, abracadabrantes, invraisemblables. ROCambolesque ou ROCKamboleske? Olivier Hespel, journaliste, a dit d’elle : Natacha fait de la poesie-trash. Ses récits, construits par association, sont la résultante de collages. Elle utilise quelques objets usuels chinés: du brol en plastique ou en métal, à motifs ou à rayures. Elle ajoute, souvent, un brin ou 1 tonne de  nourriture, qu’elle accommode pour améliorer sa recette et quelques extraits de vie qu’elle a glané et qui ont charmé son attention…

Avec son corps, elle lie le tout et propose une composition tout enchantée!

L’espace Mélissa Ansel a déjà accueilli « Servez-vous au printemps », performance durant laquelle le public a été invité à se servir sur un banquet vivant. Cette performance qui faisait l’ouverture de l’exposition « Still Life » a rencontré un énorme succès. Dans le cadre de cette nouvelle exposition, elle joue la médiatrice et fait le pari de créer une conciliation entre « Hortésie », la fée du jardin et ses belligérants gastéropodes.

- À propos: « Je pense qu’il s’agit d’un malentendu. Les mollusques rampants sont des êtres incapables de faire le mal. Bertrand Hance afin de les évincer de son potager à tenté de les vexer. Mais ce qu’il désirait vraiment et tout le monde le sait ; c’était une excuse pour les manger avec un beurre à l’ail, et ce, en toute liberté » Natacha Nicora.

Les sœurs h -Comme notre nom l’indique, nous sommes deux sœurs. Nous créons ensemble des pièces vidéo multi-écrans et sonores, ainsi que des performances, dont la spécificité est de confronter nos deux disciplines: -Isabelle vient de la vidéo, Marie de l’écriture dramatique- et de mêler l’écrit et l’image dans une forme singulière et nouvelle à mi-chemin entre les arts visuels et la forme scénique.

Avec une esthétique qui se nourrit du quotidien, nous aimons jouer avec le banal et le cliché avec beaucoup de mise en scène, de décalage et de second degré. Nous portons depuis toujours un intérêt particulier pour le « petit » que nous cherchons toujours par la forme/ la langue/ le traitement des images/ à décaler de la réalité, du réel. Et ceci pour jouer aussi, avec les clichés et stéréotypes divers, les détourner, les interroger et construire avec eux des univers poétiques, fantasques, troubles et décalés.

Depuis 2011, nous avons créé 5 projets communs présentés, entre autre au Palais de Tokyo, à la Fondation Cartier lors des Soirées Nomades, au Centre Culturel Suisse à Paris, au festival Actoral à Marseille, au Musée de l’Elysée à Lausanne...

Pour l’exposition Hortesie, l’envie est de travailler directement avec la nature via les matières organiques que sont les haricots et de traiter très concrètement/ platement/ symboliquement l’expression populaire qui leur est attachée : « C’est la fin des haricots ».

Partager cet événement